Sommaire

Le jardin sur toit, ou toiture végétalisée, est un ensemble végétal qui repose sur une toiture, plate dans la plupart des cas. Il a plusieurs fonctions importantes. Le jardin va rester très longtemps en fonction, il faut donc bien le choisir.

Le jardin sur toit : un avantage esthétique et technique

La toiture végétalisée a différentes propriétés qu’il faut connaître avant de se décider.

L’esthétique

Le jardin sur toit donne un cachet très particulier à un toit terrasse. Ces toits sont en général peu décoratifs. Composés d’une dalle béton le plus souvent, ils n’ont qu’une fonction de protection et d’étanchéité. Ajouter un jardin, dont les couleurs vont évoluer au fil du temps et des saisons, apporte un plus visuel indéniable.

Il permet aussi, si la terrasse est accessible, de disposer d’un vrai jardin alors qu’on n’en avait pas au préalable. Utilisable en toute saison, il va non seulement apporter beaucoup de plaisir mais également une valeur ajoutée au bien immobilier.

Il faut savoir que le jardin sur toit peut également être réalisé sur beaucoup de toits en pente, mais il est pour l’instant assez peu répandu dans ce contexte.

L’apport technique

Le jardin sur toit et un élément isolant thermiquement. La couche de terre ainsi que les végétaux protègent aussi bien du froid que du chaud. C’est une régulation naturelle de la température.

Une deuxième régulation est offerte par la toiture végétalisée, c’est celle des flux d’eau. Le substrat va capter l’eau, la stocker temporairement pour qu’elle soit utilisée par les plantes tandis que le surplus est relargué avec un décalage dans le temps. Il va aussi fixer un certain nombre de polluants, provenant de l’air ou de l’eau et en cela, participe à un meilleur environnement.

Lire l'article Ooreka

Les types de jardin sur toit

Il repose sur trois variantes de densité végétale.

L’extensif

L’extensif est fait pour les toitures légères (bac acier support d’étanchéité, par exemple). C’est moins un jardin qu’un simple revêtement : on parle de tapis végétal. Il met en œuvre une faible épaisseur de substrat (souvent une dizaine de cm) ainsi que des végétaux de très faible épaisseur (mousses et lichens par exemple). Le nombre de végétaux différents est donc très limité.

Outre son faible poids, son peu d'entretien est également un avantage. 1 ou 2 passages dans l’année suffisent le plus souvent. Par contre, l’aspect visuel restera celui d’une végétation assez pauvre, il vous faut donc être en accord avec cette esthétique. Il est utilisable en neuf comme en rénovation.

Lire l'article Ooreka

L’intensif

Il correspond à la mise en œuvre en toiture du même type de jardin qu’on aurait pu faire au sol. Épaisseur de substrat élevée (parfois plus de 30 cm) et possibilité de choisir presque n’importe quelle plante (voire n’importe quel arbuste) sont les deux caractéristiques principales de l’extensif.

En conséquence, il n’est adapté qu’aux toitures-terrasses béton et il demande le même entretien que les jardins au sol. Attention toutefois de bien mesurer la difficulté de devoir accéder fréquemment à une zone en hauteur et d’être dans l’obligation de collecter et de transporter, dans ces conditions, les déchets de jardin. Il est plutôt adapté à la construction neuve.

Le semi-intensif

Le semi-intensif est une synthèse des deux précédents. Le substrat et la technique de pose sont précautionneusement sélectionnés. Une liste de plantes correspond à ces possibilités. Plus large qu’en extensif, elle permet une amélioration de cette technique tout en autorisant un entretien moins important que dans l’intensif.

Il peut être adapté à différents supports, mais il demande une très bonne maîtrise de la pose des différentes couches, y compris de celle servant à la rétention d'eau. Pour ces raisons, s’il ne pose pas de problèmes spécifiques en neuf, il ne peut être utilisé qu’au cas par cas en rénovation.

Jardin sur toit : mise en culture

Là aussi, le jardin de toit repose sur trois variantes principales : le semis, la plantation et les éléments précultivés.

Le semis

La couche de substrat peut être utilisée pour semer des graines, voire de petits morceaux de plantes. La densité du semis, son homogénéité, ainsi que les conditions climatiques et la période de semis sont très importantes. À réfléchir selon la date à laquelle vous souhaitez que votre jardin sur toit soit effectif.

Il faut également avoir conscience que la croissance des semis peut être légèrement différente, y compris pour la même plante. Le jardin peut donc donner, au début, une impression un peu hétérogène, à laquelle il faudra ne pas être attaché.

La plantation

La plantation en micromottes, en godets ou en bacs, permet de s’affranchir du problème de la saison. Les plantes ont suffisamment poussé et votre jardin est prêt dès qu’il est posé. Cette technique a l'avantage de vous offrir tout de suite la vision de ce à quoi va ressembler votre jardin sur toit dans les années à venir.

Lorsque les godets sont dans des bacs, il est même possible de prévoir de changer de plantes, selon l'évolution de vos envies dans le futur, sans que cela n'entraîne de gros travaux.

Les éléments précultivés

C’est aussi le cas avec les tapis précultivés, bien adaptés à l’extensif. Semblable à la technique ancienne du gazon en rouleau, l’ensemble substrat-plantes est posé au sol ou déroulé. Il n'est bien sûr adapté qu'aux tapis de faible épaisseur

Il peut trouver une place intéressante notamment pour les terrasses accessibles uniquement pour l'entretien, car il ne nécessitera pas une mise en œuvre lourde et longue. Il peut alors servir de protection pour l'étanchéité de la toiture terrasse.

Précautions d’usage pour le jardin sur toit

Plusieurs critères vont être essentiels pour que vous soyez satisfait sur le long terme.

La résistance à la charge

Dans tous les cas, il vous faudra au préalable faire vérifier la résistance du support de toit avant de vous lancer dans ces travaux. Seule une étude technique peut vous apporter des résultats fiables. En effet, non seulement l’ensemble substrat-plantes va exercer une charge sur la toiture, mais l’eau qui va être captée va également alourdir l’ensemble. Cette partie ne supporte aucune approximation. Être déçu par un visuel qui ne correspond à votre attente est une chose, prendre le risque de désordres du bâti pouvant aller jusqu’à l’effondrement en est une autre.

Il est assez facile de connaître les limités de résistance à la charge en neuf car les matériaux de toiture comme les techniques de poses sont standardisés de ce point de vue. C’est un peu plus complexe en rénovation, car on n’a pas toujours les plans de la réalisation. Il est même possible que des rénovations successives aient modifié les structures.

L’étanchéité du toit végétalisé

Existante ou apportée par les membranes du jardin elles-mêmes, l’étanchéité doit être parfaite. Surtout pour un toit terrasse. La technique choisie, comme sa mise en œuvre, doit se faire en garantissant les mêmes résultats qu’une étanchéité classique.

Les membranes utilisées sont choisies pour ne pas pouvoir être perforées par les végétaux. Mais la réalisation du jardin peut entraîner une mise en œuvre lourde, des accès répétés au toit, la marche avec plus ou moins de précautions, des stockages malencontreux, etc. À vous d’être très vigilant sur ce point.

Jardin sur toit : par un professionnel ou en autoréalisation?

Clairement, le choix du professionnel s’impose. Il faut maîtriser à la fois la mise en œuvre du jardin, son irrigation, l’étanchéité et le travail en hauteur. Certains équipements peuvent être posés par lui, comme l'arrosage automatique, la mise en lumière du jardin, des effets sonores, etc. Autant d'ajouts qui nécessitent de nombreuses compétences.

Il est vrai qu’il existe des kits, parfois assez simple d’utilisation. À moins d'être un bricoleur très averti, nous ne saurions trop vous conseiller de ne les choisir que pour de petites surfaces et de laisser les toits complets aux hommes de l’art. Si vous choisissez malgré tout de vous lancer seul, pensez à chaque étape, depuis la conception jusqu'à l'entretien, et utilisez les équipements de protection individuelle.

Lire l'article Ooreka

Le prix d’un jardin sur toit

Comptez de 80 à 300 HT le m², selon la technique choisie, pour un jardin sur toit réalisé par un professionnel.

Lire l'article Ooreka
Lire l'article Ooreka
Toiture

Toiture : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'achat et l'entretien
Télécharger Mon Guide

Aussi dans la rubrique :

Types et formes de toit

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider